MHIST

Suivez-nous

Inscrivez-vous à notre infolettre

La Défense nationale doit préserver le manège William

12 juillet 2022

Les propriétaires de bâtiments historiques ont un devoir de mémoire envers le lieu qu’ils occupent. Pour une résidence, on s’attend notamment à ce que le propriétaire entretienne son immeuble, qu’il respecte le style architectural d’origine et entreprenne les rénovations nécessaires à la préservation du patrimoine qu’il possède.

Que faire lorsqu’un édifice est l’un des plus vieux bâtiments institutionnels d’une ville, un bâtiment datant de 1840 et ayant une forte valeur patrimoniale ? C’est la question que se pose présentement la Défense nationale avec le manège militaire William, logeant les Sherbrooke Hussars, à Sherbrooke.

L’édifice de style classique avec ses six colonnes et son fronton central évoquant un temple grec, est construit selon les plans de l’architecte William Footner (Marché Bonsecours de Montréal, notamment) pour loger le deuxième palais de justice de la ville (1841-1904). Dès 1906, la milice commence a occupé les lieux avant d’en devenir officiellement propriétaire en 1912. Dans les mêmes années, la milice y ajoute une salle d’exercice majeure à l’arrière.

C’est donc dire que depuis 110 ans, la Défense nationale occupe un espace clé au cœur du vieux-Sherbrooke. Un bâtiment patrimonial d’exception pour Sherbrooke, représenté comme un élément fort de l’architecture locale sur les cartes postales de la ville pendant une grande partie du 20e siècle.

Depuis plusieurs années, la Défense est au fait des problématiques et réparations nécessaires à l’édifice, mais rien n’est fait… jusqu’à évacuer le bâtiment et ne plus savoir quoi en faire.

Comme musée d’histoire, notre mandat est d’assurer la préservation des éléments patrimoniaux de notre ville, de créer un sentiment de fierté envers ces lieux clés de notre histoire. Le manège militaire William est un de ces éléments phares qui a marqué l’histoire judiciaire, sociale et militaire de Sherbrooke. De plus, l’édifice s’inscrit dans un concept de secteur judiciaire unique, incluant la prison Winter, la maison du géôlier, la maison du juge Rioux et même la rue Court.

Nous demandons à la Défense nationale d’agir en bon propriétaire et de rénover le bâtiment de la rue William. Si celui-ci ne répond plus aux besoins opérationnels des militaires, nous sommes convaincus que ces espaces pourront servir à d’autres fins.

Enfin, si comme nous vous êtes inquiets de l’avenir de ce bâtiment d’exception pour Sherbrooke, le ministère de la Défense nationale sollicite, jusqu’au 1er août 2022, l’avis de la population sur les manèges militaires sherbrookois. Les personnes intéressées peuvent écrire directement à l’adresse courriel : ManegesSherbrooke-SherbrookeArmouries@forces.gc.ca. Chacun peut faire sa part pour la préservation de notre patrimoine, la Défense nationale également.

Découvrez nos autres articles

    L’alcool et son rapport à la masculinité

    Toujours dans le cadre de l'exposition À la vôtre!, nous vous proposerons une série de textes sur l'historique de l'alcool et de la consommation. Voici un deuxième texte sur l'alcool et son rapport avec la masculinité.

    En savoir plus

    Vitiviniculture et consommation du vin en Nouvelle-France et au début du régime anglais (1608-1850)

    Dans le cadre de l'exposition À la vôtre!, nous vous proposerons une série de textes sur l'historique de l'alcool et de la consommation. Ce premier texte vous propose un retour sur l'origine de la vitiviniculture du Québec.

    En savoir plus

    Aki explore : Un nouveau parcours QR pour découvrir le centre-ville

    Le centre-ville de Sherbrooke accueille un nouvel explorateur, un sympathique pigeon nommé Aki ! Ce dernier s’affiche maintenant à l’orée des portes d’une quinzaine de commerces et de lieux culturels. Ainsi, s’amorce un parcours QR de type « bâtiments/lieux d’hier, commerces d’aujourd’hui ».

    En savoir plus