MHIST

Suivez-nous

Inscrivez-vous à notre infolettre

Nouvelle exposition présentée au Mhist

1 février 2022

Coïncidant avec le mois de l’Histoire des Noirs, le Mhist – Musée d’histoire de Sherbrooke présente l’exposition Fugitifs ! qui aborde d’une manière originale l’esclavage afro-descendant au Québec.

« C’est une superbe occasion pour le Musée d’histoire de Sherbrooke de présenter un pan méconnu de notre histoire, celui de l’esclavage et de la résistance. Nous sortons quelques peu de l’histoire locale, mais l’exposition arrive à point alors qu’elle est présentée dans un contexte de Black live matter, de cette réflexion sur la question du racisme et sur le vivre ensemble », ouvre d’entrée de jeu le directeur-général du Mhist, David Lacoste.

C’est l’artiste hip-hop et passionné d’histoire, Webster, qui a conçu l’exposition d’abord présentée au Musée des Beaux-Arts du Québec. En utilisant des avis de recherche d’esclaves en fuite publiés dans la Gazette de Québec et de Montréal comme sources de départ, il a fait illustrer treize personnes esclavisées pour leur redonner une humanité, un visage, un corps, une place dans la société.

« Fugitifs! est une ode à la résistance. Je voulais démontrer, par l’entremise de cette exposition, que même s’il n’y avait pas beaucoup de personnes asservies ici, elles ont tout de même décider de prendre leur destinée en main et de tendre vers cet idéal de liberté que l’on tentait d’étouffer à travers la servitude », mentionne Webster.

C’est grâce à l’initiative de l’historien Jean-Pierre Le Glaunec, professeur au département d’histoire de l’Université de Sherbrooke, que l’exposition a été proposée au Mhist ; une opportunité que l’équipe s’est empressée de saisir. Et le lien avec l’histoire sherbrookoise ou des Cantons-de-l’Est dans tout cela?

« L’équipe s’est d’emblée posé la question. Malgré l’intérêt historique et social du sujet abordé avec Fugitifs, il était impératif pour nous d’offrir une réponse, au moins partielle, à cette dimension régionale. Pour toute sorte de raisons, dont celle de la période de temps, la présence de personnes esclavisées est rarissime dans les Cantons-de-l’Est. Bien que les recherches soient peu abondantes, les visiteurs pourront prendre connaissance de quelques faits et hypothèses en visitant l’édition « Mhist » de Fugitifs », signale Marie-Eve Gingras, coordonnatrice à la diffusion.

De plus, une démarche artistique similaire à celle soumise par Webster aux illustrateurs professionnels de l’édition originale a été proposée aux classes de première secondaire de Nathalie Martel, à l’école secondaire Mitchell.  Ainsi une quarantaine d’élèves en arts ont à leur tour réalisé, les portraits de ces esclaves en fuite. Enfin, l’artiste Riziki Mkandama, une jeune sherbrookoise engagée, donne voix, par un slam inédit, à Bett, l’une des personnes fugitives représentées dans l’exposition.

Fugitifs! C’est à ne pas manquer, l’exposition est présentée dans la salle American-Biltrite du Musée d’histoire de Sherbrooke du 4 février au 17 avril 2022.

Découvrez nos autres articles

    Inquiétudes pour les archives régionales

    L’annonce de la fermeture de la Société d’histoire de Magog (bien que temporaire, espérons-le) est révélatrice de l’importance que la société accorde au financement et à la préservation de son patrimoine.

    En savoir plus

    170 ans au service de la population

    Le 14 décembre 1852, la première brigade des incendies de Sherbrooke voit le jour. Plus de 170 ans plus tard, le service de protection des incendies qui débuta avec des bénévoles dévoués, couvre un territoire d’une superficie de 366,16 Km2 et protège plus de 170 000 citoyennes et citoyens.

    En savoir plus

    Restauration des manèges militaires sherbrookois. Excellente nouvelle pour le patrimoine sherbrookois

    En savoir plus