MHIST

Suivez-nous

Inscrivez-vous à notre infolettre

Petite histoire de l’hôtel Wellington

11 février 2020

L’hôtel Wellington a longtemps été le lieu de convergence de la rue Wellington Sud. Autrefois le lieu par excellence pour tenir des cérémonies, des fêtes et des réunions d’affaires, l’hôtel n’est plus aujourd’hui que l’ombre de lui-même, presque le souvenir d’une époque révolue.

Lorsque le New Wellington ouvre ses portes en 1928, les journaux le présentent à l’époque comme l’hôtel le plus moderne de la ville. Son propriétaire, J.O. Gagné, est un homme d’affaires qui a l’expérience du domaine : il possède également un autre hôtel, le New Windsor. Sa nouvelle acquisition a pignon sur rue au cœur du centre-ville, à deux pas de la gare. L’hôtel restera dans la famille pendant 25 ans avant d’être acheté par Eddie Blouin dans les années 1950, qui y fait alors d’importants réaménagements, pour rester au goût du jour.

Les soirs de fin de semaine, et parfois en semaine aussi, le Flamingo, célèbre bar de l’hôtel, accueille jeunes et moins jeunes qui viennent danser sur les rythmes endiablés des années 1950 et 1960. À la suite d’un incendie déplorable, Roger Bourgault, devenu propriétaire, consacre toute son énergie à la rénovation de l’édifice pour lui redonner son lustre d’antan. Les travaux s’échelonnent sur presque 12 ans et font passer l’hôtel du plus moderne au plus luxueux. Cependant, cette époque de gloire ne durera que peu de temps, puisqu’en 1971, un jeune pyromane met le feu à une chambre du dernier plancher. Malheureusement, l’eau utilisée pour éteindre le brasier endommage les chambres de tous les étages jusqu’au sous-sol, laissant l’hôtel dans un piteux état.

À compter des années 1980, malgré les efforts de certains propriétaires, l’hôtel ne retrouvera jamais le lustre des premiers temps et les belles années sont de plus en plus chose du passé. La propriété passe de mains en mains sans jamais renaître véritablement de ses cendres. Après 92 ans, l’édifice qui a vu célébrer des mariages, des congrès et même la visite de Louis Armstrong est détruit. Il reste toutefois un symbole fort du centre-ville, gravé dans la mémoire de nombreux Sherbrookois.

 

 

 

Découvrez nos autres articles

    150 ans d’histoire urbaine : Sherbrooke et ses hôtels

    Durant près d’un siècle, la disposition géographique des hôtels est fortement liée à leur proximité avec les gares. Des 13 hôtels que compte Sherbrooke en 1920, 10 se situent dans un rayon de 550 mètres de la gare du centre-ville et 2 sont installés aux abords de la gare de la rue Minto. Seul le Magog House est situé à un peu plus d’un kilomètre de la gare.

    En savoir plus

    Le patrimoine immatériel, qu’est-ce que c’est?

    Les éléments du patrimoine immatériel sont bien vivants et se découvrent par l’observation et l’expérimentation. Depuis 2017, grâce au financement provenant d’une entente de développement culturel conclue entre la Ville de Sherbrooke et le MCCQ, le Mhist a le mandat de contribuer à la mise en valeur du patrimoine immatériel sherbrookois.

    En savoir plus

    28 avril 1967 – Ouverture de l’Expo 67

    « Une visite à Sherbrooke, si brève soit-elle, vous convaincra de l’hospitalité de sa population et des richesses panoramiques exceptionnelles que renferme sa région ».

    En savoir plus