MHIST

Suivez-nous

Inscrivez-vous à notre infolettre

Nouvelles

Lancement d’un livre sur l’histoire de la communauté juive de Sherbrooke

26 mai 2022

Le Mhist – Musée d’histoire de Sherbrooke profite de l’exposition Lumières sur le fonds de la famille Echenberg pour lancer officiellement le livre « Les Echenberg de Sherbrooke et d’Ostropol : Une histoire de deux schtetls », un projet de Dean F. Echenberg.

Résumé du livre :

Plus de 60 membres de ma famille Echenberg ont émigré à Sherbrooke au tournant du 20e siècle. Ils provenaient tous d’une petite ville remarquablement similaire appelée Ostropol, dans ce qui était alors l’Empire russe et qui fait maintenant partie de l’Ukraine. À Sherbrooke, ils ont pu reproduire, en grande partie, la vie qu’ils avaient laissée dans leur vieux pays et, très rapidement, ils ont commencé à prospérer.

Myron Echenberg et Ruth Echenberg Tannebaum avaient fait un premier portrait de la famille Echenberg dans les années 1980. Le nouveau livre est enrichi par les recherches de Dean Echenberg, et Deborah Glassman, notamment grâce aux archives russes qui ont permis de découvrir les origines de la famille. Dean Echenberg raconte également l’époque où il a grandi à Sherbrooke, au cœur de la communauté juive, et les origines du livre.

Outre le cimetière sur la rue du Souvenir et l’ancienne synagogue de la rue Montréal, nous avons peu d’information sur l’histoire de la communauté juive de Sherbrooke.  « Pourtant, cette communauté, avec en son centre la famille Echenberg, est impliquée dans toutes les sphères de la société locale : ils sont propriétaires de plusieurs commerces sur la rue Wellington, ils font construire une synagogue, ils sont impliqués dans ces cercles sociaux et occupent des postes militaires », mentionne l’auteur Dean Echenberg.

La communauté juive de Sherbrooke est remise dans son contexte historique grâce à la préface du Pr Pierre Anctil. « Comme dans plusieurs villes de tailles moyennes en Amérique du Nord, la communauté juive, qui compte jusqu’à 360 membres à Sherbrooke vers 1920, diminue tranquillement au profit d’une migration vers les grands centres comme Montréal et Toronto. » rappelle-t-il.

« Le fonds d’archives de la famille Echenberg, que nous mettons en lumière au musée présentement, et ce livre de Dean Echenberg, sont essentiels pour avoir un portrait plus complet sur l’histoire locale et surtout pour comprendre les communautés qui ont forgé notre ville », ajoute David Lacoste, directeur général du Mhist.

Le livre « Les Echenberg de Sherbrooke et d’Ostropol : Une histoire de deux schtetls » est édité par le Musée d’histoire de Sherbrooke. Il est présentement en vente au Mhist (275 rue Dufferin) ainsi qu’à la Librairie Appalaches (qui occupe le même lieu qu’un des anciens magasins Echenberg, rue Wellington Nord).

Pour plus d’informations (819) 821-5406 ou [email protected]

Pour visionner le lancement c’est par ici 👇  https://youtu.be/Z9MSu87ZSfk

 

Découvrez nos autres articles

    La mode victorienne : taille fine et beaucoup de tissus

    Les vêtements que nous portons sont plus que de simples tissus cousus ensemble. En effet, ils reflètent nos traits de personnalité, nos goûts, les mentalités de notre époque et celles de la société dans laquelle nous vivons.

    En savoir plus

    Bon magasinage!

    Alors qu’une multitude de commerces s’offrent à nous sur l’ensemble du territoire sherbrookois, qu’il soit question de centres d’achats, de magasins à grande surface ou de boutiques indépendantes, il est intéressant de se rappeler qu’à une certaine époque, la destination mode, à Sherbrooke, se trouvait principalement sur la rue Wellington. Retour en arrière sur l’âge d’or du magasinage vestimentaire du centre-ville!

    En savoir plus

    Place à la mode au Musée d’histoire de Sherbrooke !

    Le Mhist – Musée d’histoire de Sherbrooke dévoile dès demain (6 juin) sa nouvelle exposition temporaire : La Mode féminine en 5 temps. Présentation unique, créé par l’équipe du musée, cette exposition présente un survol l’évolution de la mode féminine de 1890 à 1989.

    En savoir plus